On se motive ensemble ?

Reçois ta dose de motivation quotidienne

GR20 2020 en 11 jours : retour d’expérience

GR20 2020 en 11 jours : retour d’expérience

Vous comptez faire le GR20 ? Ce magnifique parcours de 180 km et environ 10 000 dénivelé positif à travers les montagnes corses. Voici quelques conseils pour préparer au mieux votre aventure ! 

GR20 en 11 jours : notre expérience

Sens : Nord – Sud  

Départ :  Calenzana

Arrivée : Conca

Durée : 11 jours

 

Première partie : Corse du nord

Elle est sauvage et technique. Réputée difficile, il y a beaucoup de passages étroits, voire dangereux, des parties d’escalade et quelques ascensions. 

Deuxième partie : Corse du sud 

Partie plus abordable et plus roulante. Agréable pour des randonnées à la journée ou sur plusieurs jours pour un niveau intermédiaire, si vous ne souhaitez pas faire le GR20 en entier. Il faut s’attendre à croiser plus de monde, cette partie est plus fréquentée et populaire. 

 

Notre découpage des étapes pour le GR20 en 11 jours

 

Jour 1 : étape 1

(Calenzana – Orto di u Piubbu)

Départ à Calenzana.

Difficulté normale, dénivelé positif à prévoir.

 

Jour 2 : étape 2 et 3

(Orto di u Piubbu – Carozzu)
(Carozzu – Ascu)

Enchaînement de parties difficiles et techniques. Descentes très raides, passages d’escalade. 

 

Jour 3 : étape 4

(Ascu – Tighjettu)
Ascension dans les pierres, les graviers et les cailloux à prévoir. Montée jusqu’à 2600m d’altitude

 

Jour 4 : étape 5 

(Tighjettu – Ciottuli di i Mori)

Plus abordable

 

Jour 5 : étape 6 

Ciottuli di I Mori – Manganu)

Etape plus longue mais abordable

 

Jour 6 : étape 7 

(Manganu – Petra Piana)

Difficile et technique, mais sympa à faire car c’est un terrain varié, un parcours agréable.

 

Jour 7 : étapes 8 et 9

(Petra Piana – L’Onda)

(L’Onda – Vizzavona)

Arrivée à Vizzavona (moitié du parcours) par la forêt.

 

Début du GR20 SUD

 

Jour 8 : étapes 10 et 11

(Vizzavona – Capanelle)

(Capanelle – Prati)

Etapes plus roulantes et plus longues.

La partie nord est plus fréquentés et plus accessible car il y a de vrais sentiers et les paysages sont sublimes.

 

Jour 9 : étape 12

(Prati – Usciolu)

Retour un peu aux parties techniques dans les cailloux, avec quelques passages d’escalade mais les paysages sont d’autant plus magnifiques.

 

Jour 10 : étapes 13 et 14

(Usciolu – Matalza)

(Matalza – Asinau)

Sur la fin de parcours.

 

Jour 11 : étape 15 et 16

(Asinau – Paliri)

(Paliri – Conca)

Arrivée à Conca. 

Grosse descente à prévoir 2600D- avant d’arriver au village. 

 


Comment déterminer à l’avance quelles étapes doubler ?

Ce que je conseille, c’est de visualiser à l’avance le parcours, néanmoins une fois sur place, vous serez confrontés à la réalité et devrez faire en fonction de la météo du jour, de votre forme, de votre fatigue etc. C’est beaucoup de gestion et énormément de paramètres qui entrent en compte si vous souhaitez le terminer sans vous blesser.


Comment se préparer au GR20 ? 

Je vous conseille vivement de vous préparer à l’avance, car il faut pouvoir tenir sur le long terme, notamment concernant les équipements : bâton indispensables parce qu’il y a énormément de dénivelé et ce n’est pas franchement de la randonnée, surtout l’étape du du Nord, c’est pratiquement que de l’escalade. 

Attention au poids du sac, mon regret c’est d’avoir un petit peu trop chargé le sac il pesait trop lourd pour mon gabarit. Si vous avez l’envie et la motivation, enfilez des bonnes chaussures de randonnée ou trail et foncez !


Se renseigner auprès de personnes l’ayant déjà fait 

Sachez qu’il existe un groupe d’entraide sur Facebook, dans lequel vous pouvez demander des conseils et partager votre expérience avec d’autres aventuriers du GR20 : cliquez ici pour le rejoindre.


Retour d’expérience : qu’est-ce que le GR20 nous a apporté ? 

Nous sommes partis de Calenzana pour arriver à Conca, 11 jours plus tard, avec notre sac sur le dos bien rempli, notre propre nourriture et nos équipements. 

J’ai vraiment été très heureuse d’accomplir le GR20 et d’avoir eu le privilège d’expérimenter le parcours, car c’est une expérience incroyable. Je vous encourage vraiment à la vivre parce que c’est indescriptible. 

Humainement, c’est très riche parce qu’on en apprend beaucoup sur soi et surtout ça ramène à l’essentiel, puisqu’on a comme préoccupations principales : manger, boire, dormir et surtout… marcher (sans se blesser ou se perdre).  

On profite de beaux paysages et du fait d’être dans la nature, au milieu des montagnes pour se ressourcer. C’est un réel privilège de pouvoir connaître la Corse profonde et authentique, de partager des moments conviviaux avec les gardiens des refuges et d’autres passionnés de montagne. 

Partagez

Répondre